Loading...
>Qui sommes-nous ?
Qui sommes-nous ?2018-09-12T14:50:01+00:00

Vue d’ensemble

Fondée en 1979, nous sommes l’Association des Radiodiffuseurs Communautaires du Québec (ARCQ). Notre mission consiste à soutenir le progrès et la renommée de la radiophonie communautaire. Nous représentons un réseau de 34 radios indépendantes établies aux quatre coins de la province de Québec : ce sont nos « radios membres ». Réunissant près d’un million d’auditeurs de Matagami à Gaspé, en passant par Coaticook, Senneterre, Québec et Montréal notamment, elles jouent un rôle fondamental dans la vie de ces régions, municipalités et villages.

À l’échelle interne, nous nous engageons à être une source de référence envers elles et à répondre rapidement à leurs demandes. Nous leur apportons du soutien et des ressources pour contribuer à leur fonctionnement quotidien et à leur développement. De plus, nous favorisons la collaboration et l’intelligence collective, en leur fournissant des espaces d’échange.

À l’externe, notre rôle consiste à représenter nos radios membres auprès des industries québécoises musicales, culturelles et de l’information, pour accroître leur rayonnement, valoriser leur rôle de création de contenus locaux et régionaux, ainsi que leur impact au sein des communautés qu’elles desservent.

Objectifs et activités

Toutes nos activités répondent aux 3 objectifs suivants ;

Servir nos membres :

  • En leur offrant des produits et services adaptés à leurs réalités,
  • En les accompagnant dans leurs démarches auprès de différentes instances,
  • En contribuant au développement des compétences de leurs ressources humaines,
  • En entretenant une conversation constante avec eux pour être à l’affût de leurs besoins.

Représenter nos membres par ;

  • La promotion et la défense des intérêts du secteur,
  • Le positionnement du secteur, de ses valeurs, son rôle et ses impacts,
  • La création de partenariats avec des organismes partageant valeurs et objectifs convergents.

Mutualiser : contribuer au développement du secteur en favorisant la collaboration avec les membres et entre les membres ;

  • Une vision du rôle de la radio communautaire et de son développement stratégique,
  • Des ressources par le biais d’achats groupés, du développement d’outils collectifs et de programmes sectoriels,
  • Les actions en développant des projets collaboratifs,
  • Des connaissances par des activités de veille stratégique et de partage des expériences et des bonnes pratiques.

Naissance de l’ARCQ

Le point de départ, ce sont les radios communautaires. Celles-ci sont nées de la volonté de donner la parole à ceux qui ne l’avaient pas et de soutenir les expressions culturelles et musicales non commercialisées. C’est pourquoi certains promoteurs ont initialement créé des radios alternatives, participatives et accessibles. À la fin des années 1970, la radiophonie communautaire québécoise constituait une formule nouvelle et originale, qui se distinguait des expériences européennes et s’inspirait en partie des radios de campus américaines.

Les quelques radios de ce genre qui existaient alors au Québec comptaient peu d’employés et étaient essentiellement supportées par des bénévoles provenant de divers horizons et croyant à la mission de démocratisation des médias. Le milieu souffrait de difficultés financières, bénéficiant d’un très faible soutien de la part du gouvernement et étant seulement autorisé à diffuser de la publicité de prestige. De plus, le cadre réglementaire de la radiodiffusion n’était alors pas adapté à cette nouvelle formule de radio, qui contribuait pourtant fortement à développer l’offre radiophonique sur les ondes FM au Québec. Aucune référence n’existait et les promoteurs de ces radios disposaient de peu de soutien financier, juridique, technique. Ce furent les efforts combinés de plusieurs militants des radios communautaires pour se doter d’une ressource de concertation, de représentation et de services de soutien, qui donnèrent lieu à la création d’un regroupement devenu officiellement en 1979 l’Association des Radiodiffuseurs Communautaires du Québec.

Dates clés

• Début des années 70 : période d’importants changements sociaux et contexte règlementaire d’ouverture des ondes FM au Canada.
• 1973 : CKRL, la première radio communautaire du Québec, entre en ondes à l’université Laval (Québec).
• 1974 : entrée en ondes de Radiocentreville, CINQ-FM.
• 1975 : entrée en ondes de CHGA (Maniwaki).
• 1977 : première rencontre des radios communautaires du Québec. On dénombre alors 5 radios et projets.
• 1978 : entrée en ondes de CHIP (Fort-Coulonge).
• 1978 : entrée en ondes de CJRG (Gaspé).
• 1978 : premier colloque officiel des radios communautaires. Le Québec compte 16 radios et projets.
• 1978 : deuxième rencontre officielle des radios communautaires et fondation de l’ARCQ. On compte alors 19 radios et projets.
• 1979 : entrée en ondes de CFMF (Fermont).
• Décembre 1979 : notre association s’incorpore en organisme à but non lucratif.
• 1980 : le ministère de la culture et des communications du Québec (MCCQ) crée le premier programme d’aide aux médias communautaires.
• 1980 : entrée en ondes de CIBL (Montréal).
• 1980 : entrée en ondes de CHAI (Châteauguay).
• 1981 : entrée en ondes de CFNJ (Saint-Gabriel).
• 1981 : entrée en ondes de CFBS (Lourdes-de-Blanc Sablon).
• 1981 : entrée en ondes de CIBO (Senneterre).
• 1981 : entrée en ondes de CILE (Havre-Saint-Pierre).
• 1981 : entrée en ondes de CFIM-MF (L’Étang-du-Nord).
• 1983 : entrée en ondes de CIEU FM (Carleton-sur-Mer).
• 1984 : entrée en ondes de CKNA (Natashquan).
• 1984 : entrée en ondes de CFLX (Sherbrooke).
• 1984 : entrée en ondes de CKIA (Québec).
• 1985 : le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) crée la première véritable politique sur la radio communautaire.
• 1986 : entrée en ondes de CIHO (Saint-Hilarion).
• 1987 : entrée en ondes de CJBE – FM (Port-Menier).
• 1987 : entrée en ondes de CHAA (Longueuil).
• 1990 : entrée en ondes de CKMN-FM (Rimouski).
• 1992 : entrée en ondes de CFIN FM (Lac-Etchemin, Québec).
• 1995 : entrée en ondes de CKAJ (Jonquière).
• 1996 : le gouvernement du Québec adopte une directive allant à l’effet que 4% des investissements des achats publicitaires gouvernementaux soient investis dans les médias communautaires.
• 1998 : entrée en ondes de CJTB (Tête-à-la-Baleine).
• 1998 : entrée en ondes de CIAU (Radisson).
• 1999 : entrée en ondes de CHEF (Matagami).
• 2002 : entrée en ondes de CKBN / VIA 90,5 FM (Wôlinak).
• 2004 : entrée en ondes de CHHO (Saint-Léon-le-Grand).
• 2004 : entrée en ondes de CHOW (Amos, Québec).
• 2004 : entrée en ondes de CKVL (Montréal).
• 2007 : le Fonds Canadien de la radio communautaire (FCRC) voit le jour. Cette initiative est le fruit d’une collaboration entre l’ARCQ, l’ARCC et la NCRA.
• 2008 : entrée en ondes de CIGN FM (Coaticook).
• 2010 : le CRTC révise la politique sur la radio communautaire et de campus.
• 2011 : entrée en ondes de CJMD (Lévis).
• 2018 : les relations avec les auditoires, les plateformes de distribution des contenus et les métiers de la radio changent. Les radios communautaires doivent faire preuve d’innovation et de créativité pour s’adapter.

À propos des radios communautaires

Visitez les autres sections de notre site si vous souhaitez en savoir plus sur ;

Comment rejoindre notre réseau ?

Notre philosophie

Avant tout, rappelons que nous sommes une organisation collective respectueuse de l’autonomie des radios communautaires qui choisissent d’adhérer et de contribuer à la réalisation de notre mission et de nos objectifs. Nous adoptons envers nos membres une philosophie d’intervention basée sur l’implication, la consultation et la recherche de consensus dans le respect de la diversité. Ces différents éléments permettent l’établissement d’un climat de confiance entre nos membres et nous, et renforcent la cohérence des décisions et la cohésion des actions.

Valeur ajoutée de notre réseau

  • Une communauté basée sur l’écoute et l’entraide, pour progresser ensemble, efficacement.
  • L’accès à une variété de ressources utiles dans la gestion quotidienne de la radio : musiques, émissions, soutien administratif, juridique, technique, etc.
  • L’appartenance à un réseau qui permet d’avoir plus de poids auprès de l’industrie.

Procédure pour devenir membre

Deux possibilités s’offrent à vous si vous souhaitez nous rejoindre. Vous pouvez devenir membre actif ou membre associé. Dans les deux cas, vous devrez transmettre votre demande d’adhésion au secrétariat de l’ARCQ. Celle-ci sera soumise au conseil d’administration de l’ARCQ, qui prendra une décision et en fera rapport lors de la prochaine assemblée annuelle.

Contactez-nous pour plus d’information