JDLR2018 : faits marquants “La radio à la conquête de la génération (dé-)branchée”

JDLR2018 : faits marquants "La radio à la conquête de la génération (dé-)branchée"

Table ronde 2 du vendredi 9 novembre en matinée
“La radio à la conquête de la génération (dé-)branchée”

-Intervenants
Mario Cecchini
Benjamin Masse
Sylvain Chamberland

-Modératrice
Véronique Soucy, Unique FM Ottawa

_La génération « débranchée » est-elle si jeune qu’on le pense ?
Il ne s’agit pas tellement de tranche d’âge, mais plutôt d’éducation, d’habitudes, de « posture mentale » et de manières de consommer les contenus, ici de nature audio. On entend beaucoup parler des technologies mais c’est le contenu qui prime ! En fait, il ne faut pas confondre moyen de diffusion et radio. On peut écouter la radio depuis son téléphone… Nous sommes nombreux à avoir modifié nos comportements avec la banalisation des téléphones intelligents par exemple. Aujourd’hui la radio se consomme différemment mais les usages mobiles et digitaux ne sont pas l’exclusivité des plus jeunes.

_Annonceurs et ventes publicitaires locales : quels arguments ?
-Faire de la radio à l’échelle locale permet d’être en contrôle du message, il faut le valoriser ! C’est une chance qui n’est pas donnée à tous les médias de pouvoir parler au consommateur aussi directement.
-Les vendeurs doivent aussi avoir un rôle de conseillers. Plutôt que de promouvoir uniquement des diffusions de 15 ou 30 secondes, il est de leur responsabilité ainsi qu’aux radios, de qualifier leurs segments d’audiences pour être en mesure de présenter aux annonceurs les profils les plus susceptibles d’être réceptifs aux produits/services promus.
-Être capable de parler un langage « multi-plateformes » puisque la radio trouve un prolongement dans l’univers digital, entre autres sur les réseaux sociaux.
-Aller de l’avant en proposant des méthodes de campagnes publicitaires créatives aux annonceurs. Par exemple, décliner une campagne autour de plusieurs spots liés par un fil conducteur.

_Donner une identité de marque aux lettres d’appel ?
Une piste peut-être de favoriser les réflexions de groupe : plutôt que de conserver une seule marque dans un marché unique, pourquoi ne pas se regrouper entre stations pour créer une identité de marque plus forte et plus étendue ?

Pensez aussi aux nouvelles technologies ! Les enceintes connectées par exemple, nécessitent une commande vocale pour entrer en fonctionnement et lancer l’écoute. Le nom de marque de la radio peut être utilisé à ce moment-là. À noter que la création d’une telle commande nécessite des frais de développement : là encore, pour des motifs économiques mais aussi de notoriété, il peut donc être pertinent de songer à un regroupement entre plusieurs stations pour créer une seule identité de marque.

_Vous songez à vous lancer dans l’aventure du podcast ? Plutôt que de réinventer la roue…
Analysez tout le contenu que vous produisez déjà ! Il y a fort à parier que vous pouvez en ré-exploiter une majeure partie en changeant d’angle, pour diversifier votre audience et “recycler” intelligemment vos contenus.

_La force de l’imaginaire
La radio est le dernier média par lequel on peut encore générer de l’émotion grâce à la force de l’imagination. Créer des contenus de qualité a un coût : il faut donc d’abord s’assurer d’avoir un écosystème sain et différentes sources de revenu pour soutenir cette création. Plus les contenus seront personnalisés, de sorte que l’auditoire ait la sensation que l’animateur(-trice) s’adresse directement à lui, plus l’intimité et la fidélité envers la station seront fortes. Historiquement, la radio a toujours raconté des histoires… et doit continuer !

_Ressource à consulter
www.mediameeting.fr : création d’histoires sur mesure pour les entreprises

N’hésitez pas à nous partager votre opinion en commentaire !

Pour en savoir plus sur nos conférenciers, consultez leurs biographies.